ACTUALITES




Retrouvez tous les mois sur notre
site l'essentiel de l'actualité
sociale, fiscale et du droit des
affaires.
  • Droit social (Tout voir)
    01/11/2018
    Une circulaire du 3 septembre dernier détaille les propos et attitudes pouvant constituer un ... En savoir plus
  • Fiscalité (Tout voir)
    01/11/2018
    Dans une information du 25 octobre 2018, le réseau des URSSAF alerte sur la fin programm... En savoir plus
  • Droit des affaires (Tout voir)
    01/11/2018
    Même si le cautionnement était disproportionné à l’époque de... En savoir plus
  • A savoir également (Tout voir)
    01/11/2018
    Le casier judiciaire, qui contient les condamnations pénales d’une personne, donne lieu... En savoir plus

Outils

  • Chiffres clés (Tout voir)
    01/11/2018
    Rappel La participation patronale au financement des titres-restaurant est exonér... En savoir plus
  • Calendrier fiscal (Tout voir)
    31/12/2018
    Date limite d'option pour le paiement de la TVA à partir du 1erdécembre 2018 pour les ... En savoir plus

Actualités - Droit social

UN SIMPLE RAPPEL A L'ORDRE N'ETANT PAS UNE SANCTION, LE LICENCIEMENT POUR FAUTE RESTE POSSIBLE

01/11/2018

Un salarié, directeur commercial, a été licencié pour faute grave après avoir été mis à pied à titre conservatoire et convoqué à un entretien préalable. Mais cette sanction était-elle possible alors que le salarié avait, un mois avant cette procédure, déjà fait l’objet d’un « rappel à l’ordre », sous forme de courriel, sur un des reproches ayant motivé le licenciement ?

En effet, juridiquement, si ce rappel avait le caractère de sanction disciplinaire, le licenciement constituait une deuxième sanction pour un même fait, ce qui est impossible (cass. soc. 3 février 2017, n° 15-11433 D).

Mais, pour qu’un courriel constitue une sanction disciplinaire, il lui faut que l’employeur l’adresse au salarié suite à un agissement de sa part qu’il considère comme fautif et que le courriel soit de nature à affecter la présence du salarié dans l’entreprise, sa fonction, sa carrière ou sa rémunération, immédiatement ou non (c. trav. art. L. 1331-1).

Ici, la direction avait envoyé au salarié un courriel, lui reprochant de ne pas avoir respecté l'éthique de la société et lui demandant de ne plus diffuser électroniquement auprès de clients certaines informations ce qui était « strictement interdit » et « absolument inadmissible ». Elle y précisait « merci de ne jamais refaire cela ». Ce courriel avait d’ailleurs été également envoyé à deux autres salariés.

Pour la Cour de cassation, un rappel à l’ordre ne constitue pas en soi une sanction disciplinaire. Elle reproche à la cour d’appel de ne pas avoir caractérisé la volonté de l'employeur de sanctionner les faits, et ne pas s’être contentée de déduire que le rappel à l’ordre valait déjà sanction.

L’arrêt d’appel est donc cassé et l’affaire sera rejugée.

On retiendra qu’en soi, un rappel à l'ordre n’est pas une sanction. Le licenciement du salarié reste donc possible. Mais l’employeur doit cependant veiller à la rédaction de l’écrit, afin de le « doser » pour ne pas épuiser son pouvoir disciplinaire s’il envisage de prendre ensuite une sanction.

Cass. soc. 19 septembre 2018, n° 17-20193 D